R e l i g i o n s    e t    d é v e l o p p e m e n t
L´étude approfondie des religions montre qu´elles engendrent un grand nombre de facteurs influençant le développement et que ceux-ci agissent surtout négativement. Le diagramme ci-dessous reprend, pour chaque aire religieuse, le produit intérieur brut par habitant (en %) et le compare au nombre de facteurs religieux, positifs et négatifs, relevés par l´étude.
L
Judaïsme
Protestantisme
Confucianisme
Catholicisme
Orthodoxie
Islam
Bouddhisme
Hindouisme
Animisme
PIBH
(produit intérieur brut par habitant   en %, 2014)
100
84
81
40
19
10
8
4
4
Nombre de facteurs positifs influençant le développement
9
12
13
3
2
3
1




Nombre de facteurs négatifs influençant le développement
2
2
14
6
23
10
25
19
D´une manière surprenante, le nombre de facteurs freinant ou accélérant le développement dans chaque aire justifie pleinement son niveau de développement. Toutefois les orthodoxes et les bouddhistes, en fonction de leur faible nombre de facteurs négatifs, devraient être mieux classés. Un élément étranger aux domaines classiques religieux semble freiner leur développement. Or, parmi les huit pays bouddhistes, six sont ou étaient marxistes et parmi la douzaine de pays orthodoxes, un seul, la Grèce, ne l'était pas. Si l´on tient compte des effets négatifs du marxisme, l´on s´aperçoit que, dans une aire religieuse, la relation entre le développement et le nombre de facteurs positifs et négatifs est presque parfaite. Marx a d´ailleurs définitivement montré la valeur des théories wébériennes : sa nouvelle religion, partout où elle a triomphé, a complètement bloqué le développement.

Retrouvez le livre "Religions et développement" (Economica, Paris, 1998) de Xavier Couplet et Daniel Heuchenne sur Amazon